FFEM

Espace membre

Actualités

Objectifs et missions de la FFEA

Présentation de la FFEA

Héritière d’une longue histoire de l’enseignement musical (FNUCMU - FFEM), la Fédération Française de l’Enseignement Artistique (FFEA) a, suite au renouvellement important de son équipe dirigeante en 2015, entamé un vaste chantier de réforme pour affirmer et soutenir des priorités artistiques et pédagogiques nouvelles.

Subventionnée par le Ministère de la Culture, la FFEA a l’ambition de se positionner comme un interlocuteur privilégié de ce dernier dans le champs des enseignements artistiques et de la transmission culturelle (création, spectacle vivant).

Forte de 700 établissements adhérents répartis sur toute la France, la FFEA représente la pluralité et la diversité des acteurs culturels de la transmission artistique:

  • de la plus petite structure (moins de 100 “élèves”) aux plus importantes (près de 3500 “élèves”),
  • des structures relevant du secteur public, associatif ou privé,
  • des conservatoires labellisés (CRC, CRI, CRD et CRR) et des établissements non agréés.

Inscrite dans une démarche volontaire et ouverte pour contribuer au développement harmonieux d’un enseignement artistique de qualité et d'une transmission culturelle qui s’adresse à toutes et tous, la FFEA est membre de la Coordination des Fédérations et Associations de Culture et Communication (CoFAC), et l’unique représente française de la European Music School Union (EMU).

Engagements et préconisations pour l’EAC

Plaider pour la reconnaissance des établissements d’enseignement artistique (EEA) comme opérateurs privilégiés de la transmission culturelle sur tous les temps scolaires.

Plaider pour que la formation continue à l’attention des équipes pédagogiques des EEA devienne une priorité dans le management d’équipe et de projet (former à la capacité d'encadrer des actions sur le temps scolaire dans le champ de compétences des titulaires du DE et CA, notamment concernant la pédagogie instrumentale collective).

Plaider pour un parcours de formation artistique en temps scolaire et/ou périscolaire (parallèlement à ceux proposés par les EEA); ce parcours doit être:

  • développé tout au long de la scolarité d’un enfant (de la maternelle au secondaire),
  • construit pleinement en incluant à la fois la pratique vocale et instrumentale,
  • associé aux dispositifs développés localement (CHA, OAE…),
  • assuré par les musiciens intervenants et/ou les enseignants des EEA.

A noter que ces préconisations répondent aux attentes fortes des personnels de l’Education Nationale pour mettre en oeuvre les nouvelles directives de leur ministère.

Engagements et préconisations pour l’EAS 

Tenant compte des travaux en cours à la Direction Générale de la Création Artistique, cette proposition, volontairement restreinte, concerne la rédaction du futur Schéma National d’Orientation Pédagogique (SNOP).

Pourquoi disposer d’un SNOP?

Le préambule de la Constitution, depuis 1946, dispose que “la Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, la formation professionnelle et à la culture”.

Le SNOP s’avère un outil réglementaire de régulation indispensable pour:

  • garantir une harmonisation territoriale en matière d’offre d’apprentissage artistique et accompagner la mise en oeuvre de projets de territoire
  • garantir l’application de principes fondateurs en matière de spectacle vivant, de transmission et de création :
    • rendre la culture et la pratique artistique accessibles à tous et partout
    • permettre une “éducation par l’art”: construction de l'individu à travers la pratique artistique et culturelle
    • offrir une “éducation à l’art”: acquérir des méthodes, approches et relations susceptibles de faciliter l’accès aux savoirs artistiques
  • garantir une approche globalisée entre musique, danse, théâtre : fréquenter les oeuvres, rencontrer les artistes, pratiquer une activité artistique, donner du sens à l’expérience personnelle, c’est affirmer le besoin d’une “éducation pour l’art”.

 

Pour qui élaborer un SNOP?

En fixant un cadre capacitant et inclusif aux projets de formation artistique, le SNOP permet d’organiser les interactions entre différents publics:

  • les apprentis : permettre l’accès de tous à la culture et aux arts
  • les professionnels (équipes de direction, pédagogues / artistes): revaloriser la création et les priorités artistiques
  • les familles : accompagner les parents dans l’appréhension de démarches spécifiques
  • les institutions et collectivités : favoriser l’engagement mutuel 

 

Quelles préconisations doit affirmer un SNOP?

  • favoriser l’ouverture à d’autres disciplines
  • garantir l’adaptation et la différenciation des modalités pédagogiques selon les différents profils de public
  • offrir un parcours de la sensibilisation à la pré-professionnalisation incluant une formation diplômante
  • prendre en compte des facteurs incontournables: tous les temps de vie, et l’environnement familial et social
  • mettre en oeuvre une pédagogie adaptée, s’articulant entre oralité et codage, et s’appuyant sur un répertoire approprié et des démarches d'invention et de création

 

Quelles priorités pédagogiques doit garantir un SNOP?

En cohérence avec les différentes étapes de développement de l’enfant (capacités cognitives, sensorielles, sensitives et corporelles), un SNOP doit garantir la mise en oeuvre d’un parcours pédagogique cohérent pour découvrir, s’approprier, approfondir compétences et connaissances, concrétiser un projet artistique personnel et surtout demeurer un praticien régulier à l’issue de son parcours sur la base d’une expertise personnelle reconnue.
Les parcours proposés doivent ainsi être évolutifs et prendre en compte les lieux et temps de vie, en posant des dispositifs pédagogiques souples.

Un SNOP doit donc offrir prioritairement un cadre pour:

  • favoriser la créativité des apprentis
  • soutenir la création
  • transmettre l’art et la manière de faire

Un SNOP ne doit donc pas être une ordonnance de prescriptions mais aider à l’élaboration de projets d’établissement innovants et adaptés aux différents territoires.

Un SNOP doit contribuer à définir:

  • des objectifs pédagogiques formalisés et adaptés à la maturité et aux motivations diverses des apprentis
  • des modalités de mise en oeuvre souples favorisant une pédagogie de projet et par module
  • des formats d’activités souples s’appuyant sur une articulation efficiente entre pédagogie individualisée et collective
  • la nécessité d’un suivi pédagogique personnalisé et formalisé pour rendre visible l’évolution de l’apprenti (notion de parcours)
  • des dispositifs d’évaluation favorisant une évaluation formative et formatrice et non pas essentiellement axée sur l’évaluation normative

 

Un SNOP doit définir les conditions minimum indispensables à la mise en oeuvre de projets d’établissement:

  • des locaux et équipements adaptés aux activités (prioritairement en termes de sécurité et prévention des risques corporels):
    • auditifs en musique (seuils de décibels)
    • articulaires en danse (planchers et éclairage)
    • promiscuité en théâtre (espaces et coulisses)
  • des personnels qualifiés et reconnus pour leur expertise et leurs compétences, titulaires à minima d’un diplôme de niveau II (DE, DUMI, CA ou équivalences certifiées).

 

L’ensemble de ces préconisations doit aussi être articulé avec l’enseignement préparant à l’entrée dans l’enseignement supérieur d’une part, et la prise en compte de la pratique en amateur d’autre part.
Les parcours de formation doivent aussi valoriser l’investissement des apprentis car la reconnaissance est un puissant levier de réussite et de motivation; à ce titre tous les parcours pédagogiques (Musique, Danse, Théâtre, transdisciplinaires).
doivent demeurer diplômant, conformément à l’inscription d’un diplôme national dans la Loi LCAP.

 

 

L’ensemble de ces préconisations repose à la fois sur une réflexion collective conduite en interne et aussi avec différents partenaires professionnels; il répond également aux souhaits formulés par les adhérents de la FFEA et acteurs locaux (élus et institutionnels) lors de rencontres régionales.